Dell ambitionne de révolutionner l’IoT en accompagnant ses clients dans leur stratégie digitale

, ,

Dell ambitionne de révolutionner l’IoT et lance sa division IoT dédiée à l’accompagnement de ses clients dans leur stratégie digitale et investit 1 Milliard de dollars.

Dell vient d’annoncer lors du dernier IQT Day, qu’il va investir le domaine de l’edge computing ou edge Core Cloud. Il s’agit en fait d’un système permettant aux entreprises de prendre le contrôle à distance d’un système qui permet l’interconnexion des dispositifs connectés, des différents capteurs et des solutions dans le cloud.

On peut le définir comme une architecture informatique distribuée, et parfaitement ouverte, présentant une puissance de traitement décentralisée, notamment dans le domaine de l’Internet des Objets.

L’objectif numéro 1 de Dell est d’intégrer le cloud dans la chaîne de traitement des données, entre les différents capteurs connectés, les objets connectés et les centres de contrôle à distance, pour un traitement massif des desdites données.

Cette technique offre aux entreprises la faculté de résoudre à distance, les différents problèmes des dispositifs, de par cette intégration de la brique de centralisation « Cloud », tout en minimisant l’intervention humaine par une maintenance. Les détections et remontées de pannes sont également quasi-immédiates dans le centralisation cloud.

Pour Dell, l’Internet des objets offre bien plus que la simple connexion d’objets et nécessite l’intégration de l’Intelligence Artificielle (IA).

Pour Dell, l’Intelligence Artificielle et l’Internet des Objets doivent être vus comme une seule et même technologie, une sorte d’écosystème transverse entre le cloud, le core et le Edge.

Avec les technologies Dell, chacun de ces niveaux offre la faculté de rendre un autre niveau plus intelligent, et donc de rendre le business plus intelligent, pertinent et efficace.

Le botnet IoT Reaper a déjà infecté 1 million d’appareils

Des chercheurs des entreprises de sécurité Qihoo 360 et Check Point ont découvert vendredi dernier ce nouveau botnet IoT aux conséquences potentiellement dramatiques.

Basé sur une partie du code du fameux Mirai, il dispose néanmoins d’une différence majeure. Quand Mirai a pour unique technique d’attaque de casser les mots de passe des objets et dispositifs connectés, Reaper (ou IoT Troop) teste tout un arsenal de techniques. Son taux de réussite est donc largement supérieur à Mirai, et sa dangerosité est donc extrêmement élevée. Il représente une réelle menace pour l’IoT, mais aussi pour l’Internet classique.

A ce jour donc, on compte d’ores et déjà un million de dispositifs connectés infectés à travers le monde et ce chiffre ne cesse d’augmenter à une vitesse vertigineuse.

« La principale différence ici est que Mirai exploite uniquement les objets connectés avec un mot de passe par défaut, quand ce nouveau botnet exploite un nombre immensément conséquent de vulnérabilités des différents objets connectés. Le potentiel ici est bien plus grand qu’avec Mirai. Avec ce botnet, il est beaucoup plus facile de recruter une armée d’objets pour faire une attaque » affirme Maya Horowitz, le Responsable de la division Recherche de Check Point.  

En effet, les botnets sont généralement constitués pour faire une attaque informatique de grande ampleur (DoS (Denial of service) ou DDos (Distributed Denial of Services)) dans l’optique de rendre indisponible un service et rendre ainsi impossible son utilisation.

Encore une fois, la faiblesse sécuritaire de l’Internet des Objets est ainsi pointée du doigt. Il devient de plus en plus primordial et incontournable de sécuriser au maximum l’Internet des Objets, notamment pour éviter des fuites de données à caractère personnel, pour une conformité avec le GDPR pour mai 2018. Chez 360 OBJETS, nous insistons en permanence auprès de nos clients sur ladite sécurisation des objets auxquels ils offrent une connectivité pour offrir des services à haute valeur ajoutée.